vendredi 30 septembre 2011

"J’ai échangé quelques mots avec Steve Jobs, de quoi avons-nous parlé ?"

Patrick JAULENT, un de mes contact sur Viadéo, a échangé quelques mots avec Steve JOBS, il a fait part de cet entretien sur Viadéo, je souhaitais le partager avec vous aussi :
"J’ai échangé quelques mots avec Steve Jobs, de quoi avons-nous parlé ?
Invité le 12 juin 2005, à la remise de diplômes à Stanford University en tant qu’ancien étudiant. J’avais l’espoir de rencontrer Steve Jobs (S.J). Après son discours d’ouverture, dont vous trouverez dans un précédent post les points qui me marquèrent, j’ai eu l’honneur d’échanger pendant quelques heures avec Steve Jobs. Voici quelques anecdotes que j’espère ne pas avoir trop transformées compte tenu du temps passé.

S.J : Que pensez-vous du « design » du Mac. Nous n'avons pas conçu le Mac pour nos futurs clients. Nous l'avons construit pour nous-mêmes. C’est d’ailleurs pour cela que nous n’écoutons pas nos clients. Chez Apple, nous devons identifier les attentes les plus folles de nos clients au lieu de nous concentrer sur le plus petit dénominateur commun permettant de satisfaire tout le monde. Chez Apple, il n’y a pas d’enquête clients !

Moi : Ne prenez-vous pas de risques en vous concentrant uniquement sur les attentes les plus folles de vos clients ?

S.J : Notre stratégie chez Apple n'est pas la réduction des coûts mais l’innovation pour sortir des difficultés de la vie courante. Si nous sommes obsédés par le client, l’innovation sera étouffée.

Moi : Une course effrénée vers l’innovation ne risque-t-elle pas de mettre en péril financièrement l’entreprise ?
S.J : Devinez quel est le montant des dettes d’Apple ? Nous n’avons pas un (1) dollar de dette !

Quel souvenir je garde de cette rencontre ?
De notre rencontre je garde en souvenir celle d’un homme qui n’hésite pas à parler en public de sa famille et de la femme qu’il aime. Je ne me souviens pas d’un autre PDG ayant tenu de tels propos lors d’un discours officiel. Je garde l’image d’un homme qui va à l’encontre du fonctionnement de notre société et de ce que l’on peut lire dans les livres de management. Mes propres idées sur le mangement, la diffusion de l’information, la sécurité et d’autres, furent bouleversées (cf. mon livre « Objectif performance »). Prenons le cas de la sécurité. Steve Jobs ne favorise pas les réunions entre les employés pour des raisons de sécurité (pas de réunion = pas de fuite !)

Quelle image je garde de lui ?
Steve Jobs est un leader visionnaire qui inspire par va vision personnelle sans grand souci de consensus (ses colères au sein de la vallée sont légendaires !). Que dirons-nous au sujet du Jobsism au prochain millénaire ? Nous dirons très certainement qu’un leader hors du commun a permis grâce à la science et la technologie de connecter les personnes entre-elles. Nous réfléchirons sans doute sur sa capacité à développer des marchés et des modes de vie grâce à l’innovation. Mais ce que je garde de Steve Jobs c’est sa citation lors du discours d’ouverture du 12 juin 2005 à Stanford qui disait quelque chose comme cela « Si aujourd’hui était le dernier de votre vie, auriez vous envie de faire ce que vous faites ? ». Il m’arrive parfois de repenser à cette citation le matin devant la glace et chaque fois la réponse et non. Je garde enfin ses mots de conclusion de notre échange : « Stay hungry, stay foolish » et son mail.

En quoi son départ peut-il affecter Apple, selon moi ?
Je ne pense pas que le départ de Steve Jobs affecte considérablement Apple. Steve Jobs est en semi-retraité puisqu’il va prendre le poste de Président du Conseil d’administration d’Apple. Et quand on sait que ses paroles sont la « loi », il n’en faut pas plus pour être rassuré sur l’impact de sa décision de rentrer à la maison auprès de sa famille.

Tim Cook a-t-il le charisme et les épaules pour remplacer Steve Jobs ?
Jobs a annoncé hier qu'il quittera ses fonctions de PDG, en effectuant une transition en douceur vers Tim Cook et un autre collaborateur. Le plus important pour Tim Cook est de ne pas essayer de devenir Steve Jobs mais plutôt de s’appuyer sur le management intermédiaire pour continuer à faire vivre la flamme. Tim
Cook donnera à la pomme un peu de son goût."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire